Le cas de la rue Royale

En date du 5 mai 1999 un tract du maire annonce "des aménagements destinés à réduire la vitesse des véhicules" dans les quartiers de Grobois et des Camaldules.

Je reproduis ce texte en y ajoutant mes commentaires.

LE DÉPUTÉ - MAIRE

Yerres, le 20 mai 1999

N/Réf : NDA/FD/CB
N° : 99.05/336

A l'attention des habitants des quartiers de Grobois et des Camaldules

Chère madame, Cher Monsieur,

Je tenais à vous faire savoir, par ce courrier, les aménagements de sécurité et de circulation qui seront prochainement entrepris dans votre quartier.

Ces travaux font suite aux différentes discussions qui se sont déroulées au sein de vos conseils de quartiers présidés par Josette GABEREAU et Claude POTHION et ont fait l'objet d'études par un groupe de travail associant les services municipaux et les habitants. (1)

La philosophie de ces aménagements vise à redonner la tranquillité à votre quartier par deux types distincts d'aménagements :

Des aménagements visant à réduire la vitesse des véhicules :

  • ils concernent la rue du Parc où seront implantés :

    - un carrefour surélevé au droit de la résidence de la Maisonneraie,
    - un dos d'âne au niveau de l'allée « Béton »,
    - une chicane au croisement de la rue du parc avec la rue du Château de Grobois.

  • ils concernent également la rue Royale où des chicanes rétrécissant la chaussée seront implantées entre les réservoirs d'eau et la rue Thésée et un carrefour surélevé à l'angle de la rue Élisabeth. (2)

Des aménagements visant ensuite à limiter la circulation des véhicules de transit :

Le groupe de travail a en effet constaté qu'un grand nombre de véhicules extérieurs à la commune empruntaient aux heures de pointe certaines rues de votre quartier pour éviter les feux rue Raymond Poincaré, ou même les embouteillages qui se situent sur la commune de Limeil-Brévannes. (3)

Afin de les dissuader d'emprunter ces rues, qui chacun en conviendra ne sont pas adaptées à cette circulation, le groupe de travail a imaginé une modification de quelques sens de circulation. Elle a le mérite de dissuader tous les automobilistes qui chercheraient à gagner du temps par ce biais et n'entraîne que des contraintes mineures pour les riverains de ces rues. (4)

La mise en sens unique d'une partie de la rue Royale vise à dissuader tous les véhicules qui actuellement utilisent cette voie et la rue du Parc pour se rendre à Villecresnes. En revanche, la partie basse de cette rue est laissée en double sens afin de permettre un libre accès à l'école maternelle Saint Hubert. Les mises en sens unique des rue Élisabeth et Guy Githelf visent quant à elles à obliger ces mêmes automobilistes à emprunter les rue Raymond Poincaré et Paul Doumer afin de limiter la circulation dans ces petites rues. (5)

Il sera procédé à ces aménagements au cours de l'été. Nous établirons un bilan de leurs avantages et inconvénients trois mois plus tard. (6)

Espérant qu'ils contribueront à rendre la tranquillité dans votre quartier, je vous prie de croire, Chère Madame, Cher Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs. (7)

Nicolas DUPONT-AIGNAN

  1. Il eut fallu écrire "des habitants" et non "les habitants", les autres ont eu la surprise.
  2. Selon le plan joint à la lettre c'est trois chicanes en plus des deux "stop" déjà placés dans cette rue. Comme elle n'est déjà pas large (juste deux voies sans stationnement) là aussi je doute que tous les riverains aient été consultés !
  3. "extérieurs à la commune", ah ces étrangers sources de tous nos maux. Mais par où passent les Yerrois ?
    Limeil-Brévannes est à plus de deux kilomètres de ce quartier.
    Comment certains osent-ils tenter de s'échapper des embouteillages ? Quel manque de civisme.
  4. Génial, transformer le quartier en labyrinthe pour que les "étrangers" s'y perdent. Les habitants viendront-ils au secours des égarés ?
    "Chercher à gagner du temps" c'est évidemment ridicule puisqu'on ne sort sa voiture que pour lui faire prendre l'air.
  5. Pour que ces heureux automobilistes aillent grossir le bouchon de la rue Poincaré où là ils pourront à loisir perdre leur temps. Du coup je viens de comprendre la raison de l'interdiction de tourner à gauche dans la rue Poincaré installée il y a quelques mois. C'était déjà pour dissuader de passer par là.
  6. Je crains, qu'à l'instar de l'heure d'été, il faille attendre que la génération de technocrates hallucinés qui l'a pondue soit retirée des affaires pour qu'un bilan sérieux et honnête soit établit. A ce jour (octobre 2001) rien n'a changé malgré une note du maire annonçant l'abandon de l'expérimentation.
  7. Nul doute que les habitants de ce quartier apprécieront la tranquillité en rentrant chez eux après avoir passé des heures dans les encombrements, grâce aux dispositions analogues prisent par d'autres maires en d'autres communes.

Appréciez le résultat en cliquant ces images pour les voir en grand
(dans une nouvelle fenêtre)

Rue Royale 1

Rue Royale 2

Rue Royale 5

Rue du Parc

Conclusion.

On note que pour une fois ce n'est pas la sempiternelle "sécurité" qui est mise en avant pour justifier ces aménagements mais la volonté délibérée d'emmerder le monde, pour le bien présumé d'une poignée d'égoïstes.

Toutes ces dispositions ajoutées aux actions passées du maire on un relent de néo-féodalisme. Les (automobilistes) étrangers qui encombrent les rues de notre belle cité (sans y voter) doivent comprendre qu'ils sont indésirables. Mais ne sommes-nous pas tous des "étrangers" pour d'autres ?

Car puisque ce texte cite deux communes voisines qui ont semble-t-il une vision semblable de l'aménagement routier, un Yerrois qui traverse Villecresnes ou Limeil-Brévannes ne manque pas de s'y sentir également étranger.

Sans être aussi machiavéliques que ce qui est fait à Yerres, il faut reconnaître que les plans de circulation et les aménagements de ces communes "frontalières" contraignent à y séjourner plus qu'on ne le souhaite.

Même si à Villecresnes certains dos d'âne ont été retirés, la signalisation n'en reste pas moins incohérente. De nombreuses voies secondaires, dont au moins une impasse, sont rendues prioritaires sur des voies à circulation importante. Cela ne permet pas d'y circuler sereinement, il faut être constamment sur le qui-vive, chaque carrefour risquant d'être une offense à l'intelligence.

A Limeil, le plan de circulation semble aussi être fait pour confiner la circulation dans les voies les plus chargées. Il y a quelques années un car en panne, dans une rue délibérément rétrécie de trois à une voie, a figé la ville durant plusieurs heures. A ce jour la connerie n'ayant pas été corrigée, l'incident peut donc se reproduire. A peu près à cet époque un feu tricolore (presque monocolore car bien plus souvent rouge que vert) a été placé à l'entrée de la ville sur la route venant de Yerres. Il a permis durant plusieurs jours d'avoir une circulation fluide dans la ville. Et pour cause, tous les véhicules venant du sud étaient bloqués dans Yerres et Brunoy.

Au lieu d'actions coordonnées pour fluidifier la circulation des véhicules et pour définir des lignes de transports en commun répondant aux besoins réels, on laisse des maires faire n'importe quoi dans leur commune sans se soucier des conséquences. Soit par incompétence, soit par pur électoralisme car il est important de caresser cette frange de l'électorat, versatile et intolérante, qui fait basculer les majorités. Et quand les élus ont une ambition démesurée alliée à une absence totale de scrupule, c'est tout le monde qui en subit les conséquences, électeur ou non, d'ici ou d'ailleurs.

Parce que depuis que nous avons ce maire les conditions de déplacements à Yerres se sont fortement dégradées. Chaque jour des milliers de personnes perdent un temps considérable dans des bouchons provoqués par des feux inutiles ou mal réglés, par des parcours imposés dans des voies rendues à la limite du praticable par la présence de chicanes, dos d'ânes, stop, quand il ne s'agit pas purement et simplement de carrefours supprimés.

Jusqu'où ira ce délire ? Combien a-t-il déjà coûté ? Combien faudra-t-il encore dépenser pour, probablement dans quelques années, remettre les choses en état ?

Et dire que j'ai cru un instant que l'augmentation de 40% des impôts locaux subie dès son arrivée servirait à résorber la dette du fameux Triton héritée d'un autre mégalomaniaque du même parti que lui (dont ils ont d'ailleurs été virés).